09/10/2008

Et si c'était la fin ?

Journée chez alicesizeok

17:07 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/08/2007

La véritable histoire de 2 canards en plastique

Je ne peux résister à l'idée de mettre cette petite vidéo en ligne.. :)




12:32 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/08/2007

Humeur en la mineur

Aujourd'hui, petite journée de relâche. Plus que 3 jours de tournage et puis s'en est fini du Beau Vélo. Même si ces journée à l'extérieur ont été plus qu'humide, ce fut de beaux moments..

Une page se tourne

Il ne me reste que quelques semaines avant que tout cela ne se termine et qu'une nouvelle étape commence.. Et oui, septembre approche, le retour sur les bancs aussi. Heureuse, évidemment, même si je reste peureuse à cette idée, c'est l'inconnu qui m'effraie. Je n'ai toujours pas trouvé de petit boulot sur le côté non plus.. Je ne suis pas difficile pourtant, mais je suis un peu confuse, ne sait pas par où commencer, comment m'y prendre.

Et puis, il y a ce petit pincement au coeur qui me tiraille. D'où vient-il ? Je ne sais pas. D'un peu partout sans doute, peut être un peu de mou avec Vlan, chacun fort préoccupé, on en oublie de s'aimer. Faut que ça passe.


17:12 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/08/2007

Luv' story

Cela faisait un petit temps que je désertais cette page.
Rien de grave, au contraire, beaucoup de travail, beaucoup de rires.. !
Oui, tout va bien, tout est flou mais après tout...
C'est l'été alors, on arrête de respirer, et on profite tant que c'est encore possible :)



Shera ad
envoyé par sabo-tage

14:18 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/04/2007

Vendredi 13, moi non plus

apc






























En finesse, par derrière mais aussi dans les yeux...
Le bonheur se boit à coup de grandes rasades.
Mmh, ça me manquait







©Chagall

13:41 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/03/2007

Houch !

Ma toute nouvelle liberté m'offre d'agréables moments.
Quand on sait qu'elle ne durera pas, il est encore plus crucial d'en profiter ! Cela fait donc une semaine que je suis occupée à rattraper tout le retard administratif accumulé, mettre un peu d'ordre dans la tête, dans les armoires, retrouver de vieilles connaissances.Un peu de temps pour soi n'a finalement jamais tué personne. Au contraire, c'est une sensation agréable que d'avoir le choix...
Pour ne rien noircir du tableau, cet après-midi, je commence les cours de batterie. Depuis le temps que ça me trottait dans la tête, Il n'y a pas de meilleurs moments.

Au rayon frais. en me baladant sur la toile à la recherche de je ne sais quoi, je suis tombée sur ces vidéos. Je ne sais pas si beaucoup de gens apprécient Zita - moi j'adore! C'est une petite perle du temps de Moondog Jr... (Avec une guest star à ne pas manquer). Voici une autre vidéo (la qualité est pas top, mais c'est pas bien grave) cliquez ici ! Vous m'en direz des nouvelles.
Bonne délectation !

12:49 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

05/03/2007

contour-nez moi

7:00 ce matin, la semaine démarre plus tôt que prévu. Le roquet est entré dans sa phase démoniaque. Pas grave, c’est l’avant-dernier début de semaine comme celui-ci...

Bé oui, après, c’est le grand vide, le grand saut.
Peur – Pas Peur – Peur – Pas Peur – Peur – Pas Peur

Parce qu’une chose qu’il faut savoir c’est que ces moments sont généralement couplés de doutes généralisés à tout niveau.Ben oui, 3 ans, finalement, c’est pas si court que ça. Saura-t-il être patient ? Il me dit que oui, ça dépendra de ma manière à moi de l’aborder. Pourquoi serait-ce différent de maintenant ? C’est vrai, au lieu de travailler, j’étudie c’est tout... Pas de quoi fouetter un chat finalement. Et puis, c’est pour un mieux :)

Bon à noter :
Tentative d’éradication du doute, présent de manière quotidienne chez gaYa depuis période déterminée.

Prochaine étape :
Prévoir une discussion avec le padre pour approbation... Houleuse sans aucun doute, à moi de le rassurer. D’ailleurs, Vous pouvez déposer ici votre courage, j’en aurai besoin.

Une chose est sûre, les traits du futur se dessine au crayon et je me réjouis de pouvoir passer sur les bords à l’encre noir.


cf5b19533355abce62c38900ab73349a

15:15 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

23/02/2007

back to black

Ciel mon mardi, je l’ai oublié dans la boite à gants. Celui là, je l’oublie, définitivement. Il ne sert à rien, il fait de trop et puis ça rend jaloux. La jalousie, si elle pouvait ne pas exister elle. Je crois que tout serait plus simple. Elle est compliquée à gérer en plus la garce.

IMG_2318

Aujourd’hui, c’est du haut de mon Mont que je vous parle, les choses tournent, une fois de plus. Et ça me rend heureuse ! A croire qu’il n’y a que dans le changement que je me plais. Enfin quand je parle changement, je ne parle pas de refaire un lifting complet de ma vie hein, juste d’une partie. En fait, l’autre face est plutôt épanouissante dans la longévité. Comme sur la lune, 2 faces, 2 piles. Ca en fait 4 mais ça compte pour un demi car c’est la lune, ici, c’est la terre.

Pourtant maintenant que les décisions sont prises. Il est dur de revenir en arrière et c’est souvent à ce moment, qu’une seconde petite voix refait surface pour semer le trouble dans toute la limpidité de votre raisonnement sagement construit.. Et sur lequel toutes vos décisions se sont appuyées.

Excitation et peur du vide.
Et si – ma phrase favorite, celle qui permet tout, qui ouvre toute les portes et laisse ouverte la possibilité que tout existe un jour.

On joue ? Et si.....

15:47 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

05/12/2006

 vivre ou survivre ?

Il aura fallut du temps pour que je me décide à coucher de nouveaux mots. Non pas que l’envie me manquait, loin de là…
Aujourd’hui, c’est en état de décomposition que je vous retrouve. La période fut intense, je ne peux pas le nier.

Alors, peut-être est ce tout simplement, la pression qui retombe. Les vannes s’ouvrent mais ne se referment plus. La nervosité a atteint son paroxysme à un point tel qu’un conducteur un peu trop lent me fera pleurer d’énervement.

Je ne les contrôle plus ses émotions, elles vivent en moi, tels des électrons libres, elle me dominent et je ne suis que leurs marionnettes.

Mais qu’est ce donc qui me met dans cet état là ¿

Un boulot, aux apparences passionnantes, aux allures passionnantes. Un envers plutot ingrat et désagréable.

L’environnement de travail est tel que je ne parviens plus à supporter cette hiérarchie dictatrice. A force de trop accepter on finit par le payer soi-même. Je crois que je ne peux en vouloir qu’à moi de n’avoir pas posé les limites plus tôt. Maintenant, c’est moi qui me remet en question, et qui me demande si je suis bien à la hauteur.
Je dois prendre le temps de voir plus loin, de me poser les questions.. d’agir pour moi. Rien n’est facile, encore moins cela.

Un des choix décisifs pour toi gaYa: le monde grisant de la 25ème image, (des horaires de fous, une vie privée entre parenthèses, une pression constante et opressante) ou ailleurs pour de meilleurs jours et un peu de considération ?

Voyons le positif, ce job m’aura sans doute apporté une chose positive, une délicieuse envie de social et d’humains..
Le téléphone et la journée derrière l’écran, ce n’est peut-être pas pour moi ¿ Reprendre des études pour devenir institutrice, un rêve ? L’occassion.. un signe ¡? A bientôt 25 ans? Est ce possible? Est-on aidé?…

chagal13the three candelsOn repart à zéro ?

15:28 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

28/09/2006

Ermitage

violon




Penses-tu à MOI


comme


je penses à TOI?




17:49 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

22/09/2006

Eau trouble

Ce matin, le soleil est au zénith, le vent souffle calmement, c’est ce que l’on appelle une belle journée. La douce mélodie d’une flûte traversière traverse nos bureaux emplissant la pièce d’une aura zen.. Le gros méchant boss n’est pas là. Il y a comme une odeur de vacances.Pourtant, en mon fort intérieur, quelque chose cloche. Je le sens, je le sais, et, après tout, mon corps et moi, on commence à se connaître tout doucement..

Il y a en moi, un chatouillement constant qui au fil des jours gagne en puissance.Au début, c’était une petite idée qui bien vite se transforma en une délicate envie. Ensuite, un désir, fort et puissant. Maintenant, c’est un besoin.

Je suis à la quête de ces délicieux instants de complicités, instants momentanément annihilés.

La difficulté dans l’état qui me pénètre, c’est ce vide. Atroce douleur qui m’envahit et qui m’emplit de tristesse. Une tristesse que je ne comprends qu’à moitié. C’est troublant, agaçant, perturbant. Je suis inutile, je ne peux rien faire dans cette histoire.

Toi, dont je tairais le nom, je sais que ce n’est pas facile, la pression, le surplus. Tout te rend négatif et sombre.Le besoin de t’envoler, de faire une trêve.
Malheureusement, j’ai les pieds cloués au sol, je ne peux répondre à cette envie en choeur avec toi - malgré moi, entendons-nous.
Je t’aime

14:21 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/09/2006

High pressure voltage

On m'avait dit que le milieu dans lequel j'évoluais était particulier.Jusque là, on ne m'avais pas menti.

Les semaines passent et ne se ressemblent pas.
Cette semaine a marqué le retour du stress et de la désagréablerie.
Je sature

Ce pourrait être le plus beau job de la terre, mais lorsqu'on a un gestionnaire incapable de relever ne fut ce qu'une seconde le positif, toujours prêt à critiquer, qui adore vous traiter comme une grosse mErde et qui n'en touche PLUS une.
Comment voulez-vous espérer un peu de plaisir ?

Aujourd'hui, je prendrais bien mes clics et mes clacs et me casser.

R.A.S L.E. B.O.L.

Et dire que ce métier fait rêver, et bien, je dis, continuer à rester sur le fil de l'imaginaire..

14:16 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |