28/09/2006

Ermitage

violon




Penses-tu à MOI


comme


je penses à TOI?




17:49 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

22/09/2006

Eau trouble

Ce matin, le soleil est au zénith, le vent souffle calmement, c’est ce que l’on appelle une belle journée. La douce mélodie d’une flûte traversière traverse nos bureaux emplissant la pièce d’une aura zen.. Le gros méchant boss n’est pas là. Il y a comme une odeur de vacances.Pourtant, en mon fort intérieur, quelque chose cloche. Je le sens, je le sais, et, après tout, mon corps et moi, on commence à se connaître tout doucement..

Il y a en moi, un chatouillement constant qui au fil des jours gagne en puissance.Au début, c’était une petite idée qui bien vite se transforma en une délicate envie. Ensuite, un désir, fort et puissant. Maintenant, c’est un besoin.

Je suis à la quête de ces délicieux instants de complicités, instants momentanément annihilés.

La difficulté dans l’état qui me pénètre, c’est ce vide. Atroce douleur qui m’envahit et qui m’emplit de tristesse. Une tristesse que je ne comprends qu’à moitié. C’est troublant, agaçant, perturbant. Je suis inutile, je ne peux rien faire dans cette histoire.

Toi, dont je tairais le nom, je sais que ce n’est pas facile, la pression, le surplus. Tout te rend négatif et sombre.Le besoin de t’envoler, de faire une trêve.
Malheureusement, j’ai les pieds cloués au sol, je ne peux répondre à cette envie en choeur avec toi - malgré moi, entendons-nous.
Je t’aime

14:21 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/09/2006

High pressure voltage

On m'avait dit que le milieu dans lequel j'évoluais était particulier.Jusque là, on ne m'avais pas menti.

Les semaines passent et ne se ressemblent pas.
Cette semaine a marqué le retour du stress et de la désagréablerie.
Je sature

Ce pourrait être le plus beau job de la terre, mais lorsqu'on a un gestionnaire incapable de relever ne fut ce qu'une seconde le positif, toujours prêt à critiquer, qui adore vous traiter comme une grosse mErde et qui n'en touche PLUS une.
Comment voulez-vous espérer un peu de plaisir ?

Aujourd'hui, je prendrais bien mes clics et mes clacs et me casser.

R.A.S L.E. B.O.L.

Et dire que ce métier fait rêver, et bien, je dis, continuer à rester sur le fil de l'imaginaire..

14:16 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/09/2006

tEmps dAnse

Ce matin, la solitude au boulot me fait un bien fou.
Cela faisait longtemps que je ne m’étais plus retrouvée sans aucune âme autour de moi, si ce n’est Mr Boucle juste au-dessus mais qui semble lui aussi apprécier l’isolement.

Surchargée, débordée, je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à mon blog, pourtant l’envie y est.. Le temps, une fois de plus se fait rare. Je crois que je vais lui déclarer la guerre un de ces jours à celui-là.














Hier, j’ai passé un des plus beaux moments de ces derniers temps.Cela faisait longtemps que je n’avais plus foulé le parquet d’une salle de danse...

Trop longtemps sans doute
Mais cette fois, ça y est
Quel plaisir de retrouver ces sensations d’autrefois,
de se revoir faire vibrer son corps.
De se mouver, tout en rythme et en style...
Aaaah, comme c’est bon.

Je revis.

10:32 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |