29/06/2006

Grain de sable et crustacés ?

Voici encore une petite semaine qui se laisse vivre,
Demain, c’est le départ ! Avec T, mon ami de toujours, nous roulerons jusqu’à Belfort pour un week end tout ce qu’il y a de plus musical! Les Eurockéennes.... Je me réjouis !

Imprévu qui arrive à point, car l’envie de s’aérer devient pressante, Un peu de soleil, de dépaysement, oublier pour un temps les emmerdes, retrouver Vlan et s’y sentir bien
Que demander de plus ?

Hier, j’ai vu de mes yeux vus, l’appartement, le plus beau, le plus TOUT de toute ma vie !.. Je pense même en avoir rêvé. Imaginez 200m carrés, d’immenses pièces, une logia, une verrière avec de colorés vitraux pour égayer la cuisine magnifique, une terrasse qui te propulse dans le sud de l’Italie en un rien de temps, une sdb entièrement refaite avec couloir de douche, dressing...

Et bien, non, ce n’est pas moi qui y emménage, c’est 2 amis, un couple,.. D'ailleurs, hier soir, je me suis transformée en super D (comme démménageuse!). J'ai jamais autant trimé.. pas grave car ce soir, c'est CHILI CON CARNE en récompense, si c'est pas merveilleux ! En plus, dans ce palais des merveilles, il y a place pour une famiglia.. A. & N., vous savez ce qu’ils vous restent à faire je présume. :) Et pour rester au coeur de l’actualité, ce petit bijoux, donne sur notre chère esplanade St Léonard – le rendez-vous des fous ! (Et oui, encore elle).

Bon, j’vais me remettre un peu au boulot car pendant que je blogge poliment, ma collègue pique un p'tit somme dans le coin héhé
Rrrh, don't know why... je ronronne de plaisir

15:05 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

28/06/2006

Déchirure

Il est venu le temps ou je dépasserai les limites, ou je franchirai le stade du non-retour.

A force d’insouciance, à force “d’on verra demain”, cela risque d’être trop tard.
Je le sais, et pourtant rien n’y fait.
Je n’arrive pas à faire ce foutu premier pas.
Je bloque

Il a toujours été très rude de dialoguer avec mes parents
Je ne sais pas pourquoi, je pense que c’est inné
La communication est inexistante, les non-dits, les déceptions sont, par contre, bien présentes.
A mon grand damne.
Cela fait un moment que je traîne cela avec moi, telle une chaîne accrochée à mon pied.

Il y a un peu plus de 2 ans maintenant depuis mon départ du cocon familial, je n’y vivais déjà plus hormis quelques week-end c’est vrai, mais j’avais toujours cette proximité familiale qui me liait à eux.
J’ai bougé des Ardennes, je me suis installée à la ville, le temps passe et l’on se voit moins, eux souvent trop fatigués pour venir, et moi souvent trop occupée pour y aller.
Jusqu’à présent, on s’était toujours débrouillé et régulièrement, je traçais ma route jusqu’à eux, heureuse de les voir comme à chaque fois.Souvent, en retournant chez moi, un brin de déception m’envahissait, et je passais au dessus, ne gardant en tête que les instants positifs à toute cette mascarade.
Depuis quelques semaines, depuis ces quelques dimanches passés à te voir prononcer d’abjectes mots, le négatif a pris le pas sur le positif. Rasant tout sur son passage.

Je reste muette, et je n’arrive pas à répondre à tes appels.
Mon unique tentative s’étant soldée par une conversation munie de blancs, de blancs et de “ça va ? Oui moi ça va, et toi ça va ? Ca va..”, je suis à cours d’arguments à cours d’idée, malgré tout, je vous aime.

14:09 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

22/06/2006

Quand le foot prend le dessus

Le foot, j’ai toujours un peu craché dessus... En tant que fille, jusqu’ici, rien d’anormal! Pourtant, on aurait pu parier le contraire, petite déjà, j’étais bercée au bourdonnement masculin de Match 1.
Mon petit frère allait jusqu'à me garder les doubles de ses autocollants panini... A l’époque, les suédois menait largement en tête de mes préférences ! Ces petites têtes blondes et innocentes, n'étaient-elles pas mignonnes?
Je pouvais même citer les noms des joueurs de la plupart des équipes que je supportais!!

Les années passèrent et suite logique,
la fillette que j’étais s’est intéressée aux ‘trucs’ de filles, ou du moins, a arrêté de se préoccuper du foot. Je pourrais même avouer avoir renié ce sport tel un vieux doudou qui vous rappelle un peu trop votre enfance...

Et ce n'était pas fini! Plus tard...durant mes 4 années passées à la capitale, non loin du boulevard Anspach, je n’ai pas pu échapper à l’Euro 2000 et à la coupe du monde. J’ai eu droit à une salade de supporters qui beuglait devant la bourse et ailleurs, à la recherche d’un plaisir, mais lequel?

Mettre la ville sans dessus dessous ?
Sans doute.

Partager leurs joies?
Peut-être.

Je leur en voulait de m’empêcher de dormir...
Et la semaine dernière? Pareil, c'est symptomatique je crois!
J’aurais bien étranglé tous les supporters en particulier les italos-liégeois nooooombreux et très lentement lassés..
Une demi heure, allez, ça passe.. Après tout, le bonheur,ça se partage ! Mais jusque 2 heures du mat’, grRrrrr

Pourtant ! Et oui, pourtant ! Je me surprends à me réjouir de voir le Brésil jouer ce soir!!!

Béé oui......
Ca doit être le sourire de Ronaldinho ;)

16:12 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

20/06/2006

Breathe mY fresh AIR

Après un Week End au grand air, me voilà toute ragaillardie.
Mais, commençons depuis le début ...
Il était une fois un fille que l’on surnomme Babe, prononcez in French style. Une fille dont l’organisation et la prévoyance impressionne toujours un peu.
Prenez une clique, et invitez là en Zeelande avec vous..
Ca donne un week end au Nord avec des fous!

Et c’est ainsi que le week end allait se profiler.
Tous partis le vendredi matin, je dus patienter la fin de ma journée de boulot avant de prendre la route pour ces îles et bras de mers à n’en plus finir. Les paysages étaient assez impressionnants! Loin de moi l’idée qu’à 200km d’ici, je découvrirais un horizon aussi dépaysant.

Bref, j’arrivai aux port le soir, et découvris la petite maison rien qu’à nous, toute à nous !
Elle faisait face aux bateaux...

Hormis le fait qu’on aurait pu comparer les maisons à un village playmobile, on ressentait déjà la quiétude de la région. Nous eûmes assez vite la visite d’un inconnu, alors que nous discutions tout en sirotant, un bruit à l’étage nous fit sursauté. Apparut des pieds dans l’escalier... Puis, ces pieds s’en allèrent.. Rentré par la terrasse du haut, ce garçon pensait être dans le bungalow de son grand-père..
Non mais!
Une soirée en pente douce, agréable atterrissage, les plus téméraires avaient déjà fait joujoux avec la mer, ses jolis bras et leur planches. Tout le monde était donc bien vanné par ce vendredi.. Le Week End allait vraiment commencer.

Au programme : plaisirs, déclinés à toute les sauces. Histoire de se donner bonne conscience, voilà que je me fais traîner par Babe pour le jogging matinal, “qui fait du bien” qu’il paraît !
Nb: Je dormais au salon, et pour me réveiller la petite impatiente ne trouva d’autres moyens que d’agiter la vaisselle pour me faire comprendre que l’heure du footing était venue.

Quelle ingratitude quand même :)..

Enfin, bref, je n’échappai donc pas au petit jogging on the beach (petite pensée pour Bio ! )
Et je ne l’ai finalement pas du tout regretté.

Ce qu’il faut savoir, c’est que les cliqueux ont un rythme impressionnant pour tout. Pour eux, les petits plaisirs se consomment déjà à 10h00 du matin !

Après midi playa, et, pour les autres, planche à voile ! Quant à moi, je me suis finalement débinée, ... Je ne voulais pas me heurter aux belles méduses qui avaient fait le chemin pour nous accueillir (Ben, j'ai la trouille des méduses...). J’optai donc pour l’après-midi raquette de plage olé !

Seulement, savez-vous ce qui arrive lorsqu’on met de la crème sans lire l'étiquette attentivement et qu’on se rend compte après coup que l’on a confondu accélérateur de bronzage (huile) et déclencheur de bronzage avec protection ? Ben on grille ! Encore aujourd’hui le frolement d’un doigt sur mon torse provoque une douleur aaaaaah – indescriptible !

Le vent se faisait rare, les plancheux se sont donc compliqués la tâche en fabriquant un canot à voile, oui oui! Attachez 2 planches l'une à coté de l'autre, déposez y un canot gonflable en prenant soin de laisser la place pour leur "voileur". Accrochez une voile, mettez le tout à l'eau...Résultat garanti, dérives aussi... On se demandait s’ils parviendraient à revenir jusqu’à nous!
Finalement, Mister X, le sauveur de ces hommes, rama jusqu’à eux assis sur une planche sans voile pour leur apporter le secours tant espéré...

Au programme de la soirée qui devait suivre: dégustation champignonesque ! Finalement, je n’ai que très peu goûté à ces choses, pas envie de m’empoisonner ce soir-là, le soleil avait déjà tapé assez fort sur ma tête. Je me suis donc contentée d’une tisane imbibée de cet essence, ce qui m’a valu quelques majestueux fous-rires mais rien de vraiment délirant...
Les gars eux sont aller rendre visites aux étoiles, elles étaient sympas apparemment, elles se décrochaient du ciel !

Et me voilà, de retour sous le ciel capricieux de notre ardent pays.. Tout sourire
Pour ne rien gâcher, Vlan is back, ça fait du bien :)
Et moi, je sais trop pas pourquoi, mais je suis heureuse en ce moment !

J'adore !

14:38 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

16/06/2006

Le temps m'a manqué

Je viens de passer un sacré bout du temps à écrire un post sur le week end qui se profile..
Evidemment, tout s'est effacé. Maintenant, je n'ai plus de temps ! Je n'en dirai pas plus car l'envie me tiraille et je dois démarrer viiiite !
Petit avant-goût:








Bon week end !

18:32 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

14/06/2006

On a dit mercredi...

Journée glissante et reposante..
La pression du boulot a disparue,
sans doute parce les âmes sont apaisées,
ça fait du bien une trêve !


Vlan est au pays du farniente. Nous vlà en majorité féminine @ home! On a parlé de farniente ??.. Ouep, il y a quand mes des souches italiennes ici après tout :)

Tout à l'heure, en sortant de chez moi pour allez régaler mes papilles au supermarché,
J'entendis un ruissellement. Encore ailleurs, le bruit me fit penser à de la pisse, mais je ne réfléchis pas plus loin.
Loin de moi l'idée que lorsque j'allais ouvrir ma porte...
J'allais avoir droit à un homme face à moi, tenant son outil d'une main ferme, l'autre agrippant la gouttière.

Il me fut murmurer un léger effarouchement pour lui faire savoir ma présence.
Mais pas plus dérangé que ça, le garçon me lança un sourire et un amusé "oh pardon" !
Mes yeux ont vus, mais yeux ont photographiés,
Encore maintenant, ça me fait marrer...
Liège offre de beaux spectacles parfois !

Les deux disparues proviennent de mon quartier
Avant hier, lorsque Vlan et moi sommes rentrés d'une petite ballade
Une petite fille nous a accosté pour nous raconter qu'elle avait vu une des 2 petites filles dans la Meuse..
Encore maintenant, j'y repense, cette petite fille, nous lui avons dit d'aller voir la police.
Je ne sais pas pourquoi,
j'avais du mal à la croire, mais je me pose la question :
Est ce que ça perturbe les gosses de savoir tout cela ?
Est ce qu'ils s'inventent des histoires, obsédés par ces sombres faits ?
Pourquoi on leurs fout pas la paix ?

Enfin, je vais aller me souper un petit bol de kellogs,
puis m'savourer quelques petits nip-tuck !
Il est temps, ça gargouille à l'intérieur **




*Bouguereau - 1882

21:20 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

12/06/2006

A vos marques ?

Quel plaisir de retrouver ce ciel bleu à n'en plus finir
Je jubile de plaisir à chaque contact aéro-nasal..
Mmh, c'est air chaud et parfumé..

C'est décidé, désormais, je troque ma voiture pour mon vélo !
De toute façon, ma voiture s'étant mise à pousser des gémissements de douleur à chaque tentative,
Il vaut peut être mieux éviter de la provoquer un peu plus !
Quant aux réparations, disons que ça attendra le mois prochain,
celui d'après peut être ...?

C'est la crise des dollars ici.. entre amende et rappel, je ne m'en sors plus !
Moi qui pensait pouvoir économiser..
Je peux me foutre les doigts dans le nez..
Grrrr, p**** de taxes de m*****..

Au moins le vélo, c'est gratuit, pas de taxe de roulages,
pas de frais pour l'essence (hormis quelques gouttes de sueurs)
Le seul problème avec le vélo, c'est la jupe qui se glisse dans la roue..
Grrr, ça a de quoi gâcher un voyage.

Sinon, Les festivités débutent demain :( Vlan commence sa saison,
Vlà qu'il part à l'aventure à gauche à droite,
un week end, et puis un autre.. Encore un autre ...
Profitant de chaque soleil, de chaque pays
(mais bossant quand même un peu hein.. )
Je me réjouis qu'il parte pour profiter de ses retours et de ses frénésies qu'elles créent déjà en moi



De mon côté, les vacances s'annoncent peinardes..
Week end prochain en Zélande, planche à voile et sombrero
Ou encore Valence pour jouir du festival de Benicassim !
Affiche démente, plage, soleil...


Allez.. optimiste :)
Sur ce, j'vais me déguster un bon petit plat sur la place du marché ! Miam

18:56 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (873) |  Facebook |

06/06/2006

Combat ordinaire pour un retour à la terre **

Tout à l'heure, en me balladant dans cette belle et attirante librairie de la place du XX août à la recherche du premier grand roman de Dostoïevski pour mes très chers patrons, ma curiosité, ou plutôt, ma fièvre des mots - que j'ai récemment contractée lors d'une trop longue période de carence.. - fut attirée par le rayon BD.

La dame serviable et toujours de bons conseils, me demande ce que je cherche.. Les yeux brillants et en attente d'une bonne nouvelle, je lui réponds donc par mon dernier coup de coeur : "LARCENET" !!

Ses lèvres affichent déjà un sourire satisfait signifiant "j'ai ce qu'il te faut ma p'tite"... et c'est ainsi qu'elle et moi nous mettons en marche dans la jungle de ces livres et de ces bd à la recherche du trésor...

Les yeux ne savent plus où donner de la tête tant chaque couverture est un piège auquel il ne faudrait pas succomber, ne pas détourner son attention, aller droit au but.

C'est "le retour à la terre" qui aujourd'hui m'aura séduite. A l'heure où j'écris ce post, je n'ai pas encore ouvert la page, je préfère attendre, attendre le moment propice, le moment qui rencontre les meilleures conditions...
Moment qui ne saurait tarder, c'est mon petit doigt qui le dit !

Je voudrais maintenant LUI rendre hommage et montrer mon soutien en adhérant à la Fédération Internationale des Gros Branleurs !
Avec une charte :

« Ne pète pas plus haut que ton cul et ne fais pas trop chier tes voisins, ils sont peut-être moins cons que toi. »

Et à Larcenet d'expliquer:
Sous cette bannière, je suis certain que nous formerons un large mouvement populaire et nous montrerons aux élites que, bon, c’est bien gentil leurs conneries, le consensus stupide autour du radicalisme, la vénération du moralisme psycho rigide, la prédominance de l’éthique à sens unique, le trou du cul tout serré, le politiquement correct, la morale et tout ça... Mais que bof, en fait, on s’en branle."

Alors ami, si tu veux en faire partie, il te suffit de montrer ton appartenance en brandissant fièrement ce beau logo.. :)
Et si on te demande: « Mais… quel est exactement le concept ? », A toi de répondre :  « On s’en branle » !!.

Et pour tout ceux qui aime son travail : Temps perdu


19:32 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

02/06/2006

Entre la vie et ses envies

Il fait gris et froid,
Mais je suis là et rien ne m’empêchera de faire le premier pas
La vie est triste vue sous l’angle de la météo,
bien heureuse si l’on s’en tient aux dates du calendrier
Comment faire pour retrouver le fil ?
Je suis désorientée,

Je pensais que 7°, c’était pour l'hiver,
et les bourgeons ?
Comment feront-ils pour devenir de beaux et verdoyant adultes ?


Petit, on aime te menacer avec des phrases du genre:
“mange tes croûtes si tu veux devenir grande”,
Ce n’est pas juste, Nous on avait le droit de choisir notre destinée..
On mange et on devient grand ou on ne mange pas et on reste petit.

Quant aux feuilles..et bien, ce n’est pas à elle de décider, elle sont victimes du temps et de son caractère instable...
Qu’a t’on fait pour provoquer à ce point ta colère cher temps?

Sommes-nous à ce point de vils habitants ?
Nous voudrions bien t’aider..

Reboiser ?...

Que tout le monde plante un arbre dans son jardin
Que tout le monde respire un peu moins
Soyez poli avec les arbres, soyez charmant avec le soleil
Et rien ne sera plus pareil

14:12 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |