28/06/2006

Déchirure

Il est venu le temps ou je dépasserai les limites, ou je franchirai le stade du non-retour.

A force d’insouciance, à force “d’on verra demain”, cela risque d’être trop tard.
Je le sais, et pourtant rien n’y fait.
Je n’arrive pas à faire ce foutu premier pas.
Je bloque

Il a toujours été très rude de dialoguer avec mes parents
Je ne sais pas pourquoi, je pense que c’est inné
La communication est inexistante, les non-dits, les déceptions sont, par contre, bien présentes.
A mon grand damne.
Cela fait un moment que je traîne cela avec moi, telle une chaîne accrochée à mon pied.

Il y a un peu plus de 2 ans maintenant depuis mon départ du cocon familial, je n’y vivais déjà plus hormis quelques week-end c’est vrai, mais j’avais toujours cette proximité familiale qui me liait à eux.
J’ai bougé des Ardennes, je me suis installée à la ville, le temps passe et l’on se voit moins, eux souvent trop fatigués pour venir, et moi souvent trop occupée pour y aller.
Jusqu’à présent, on s’était toujours débrouillé et régulièrement, je traçais ma route jusqu’à eux, heureuse de les voir comme à chaque fois.Souvent, en retournant chez moi, un brin de déception m’envahissait, et je passais au dessus, ne gardant en tête que les instants positifs à toute cette mascarade.
Depuis quelques semaines, depuis ces quelques dimanches passés à te voir prononcer d’abjectes mots, le négatif a pris le pas sur le positif. Rasant tout sur son passage.

Je reste muette, et je n’arrive pas à répondre à tes appels.
Mon unique tentative s’étant soldée par une conversation munie de blancs, de blancs et de “ça va ? Oui moi ça va, et toi ça va ? Ca va..”, je suis à cours d’arguments à cours d’idée, malgré tout, je vous aime.

14:09 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Gaya La vie va,vient.Moi je viens chez toi,pour te lire,te souhaiter plein de bonheur et te donner un
tit pichoubisou.
Mon bonjour à Liège.

Écrit par : DUKE | 28/06/2006

mwé ...pkoi tu rentre pas dedans ? pkoi tu leur dit pas ce que t'as sur l'estomac ? ça va péter ? bah pas grave...j'crois que c'est mieux de percer l'abcès plutôt que de laisser pourrir la situation...plus tard tu risques d'avoir des regrets ( quand ils ne seront plus là ...)perso j'ai jamais eu ce soucis avec ma mère vu que j'ai déclaré la guerre très tôt ( vers 12 ans...:D)une guerre qui a duré ouff longtime ,mais au moins on se causait...enfin je connais pas ta situation perso
Allé bonne soirée la belle et gros bisous¨¨

Écrit par : bio | 28/06/2006

Idem que Bio J'ai eu une longue discussion avec eux, et puis .... tout s'est arrangé. Il a suffit de faire lepremier pas, c'est souvent le plus dur, mais après, on peut repartir sur de bonnes bases

Écrit par : Nola | 29/06/2006

...°°... Nola, Bio >> Ouep va falloir avant le pire... Mais je sais d'avance que ça ne va pas être une partie de plaisir. Ils sont têtus taiseux, vous imaginez un peu ?
Duke >> Je lui remet bien le bonjour alors :), j'espère que tu vas bien !

Écrit par : gaYa | 29/06/2006

GaYa J'imagine assez bien ;-) Mais d'un autre côté, une fois fait, une fois passé ce moment douloureux, tu te sentiras libre !

Écrit par : Nola | 29/06/2006

et... si vous regardiez un match de foot ensemble ?^^

Écrit par : seby | 29/06/2006

** Nola>> je mords sur m chique et j'me lance... avant le crash !.. merci:)
Seby>> On supporte pas la même équipe ... !

Écrit par : gaYa | 29/06/2006

Hop Je croise tous les doigts, et t'envoie plein d'énergie. Rentre-dedans mais en douceur et avec amour, ça adoucit les mots... mais que tu devras dire. Pensées de courage pour toi, Miss G.

Écrit par : Boudlard | 29/06/2006

boud' Merci pour "tous" les doigts... :) Je me sens déjà mieux là !
Je vais faire de mon mieux.. De toute façon, je ne veux pas crier, même pas hausser le ton, juste leur expliquer les raisons de ce silence long et pesant/ Leur faire comprendre nos différences, et leur faire accepter aussi.

Écrit par : gaYa | 29/06/2006

... Le mieux est peut etre de leur écrire...c'est une façon indirecte de leur dire ce que tu ressens, ça dépend du stade de gravité ou vous en étes...
Une famille c'est bien mais parfois pour s'épanouir et vivre sa vie il faut s'en éloigner...
Sur ceux je te souhaite bon courage et j'espère que tout va s'arranger pour toi.

Écrit par : sarah | 03/08/2006

Ah les parents... 1- Faire rupture. Le système nerveux a besoin de nouveauté quand ça sature, et aussi de repos en alternance.
2- Les parents sont fondateurs donc préserver quelque chose (très bonne idée d'écrire des lettres).
3- La psychanalyse c'est fait pour prendre à bras le corps ces questions d'avec les parents. Difficulté: trouver le(la) bon(ne) analyste. Solution: y être décidé et tout prendre en bonne part çad analyser tout ce qu'on ressent (le transfert) par rapport à l'analyste en + et en -.

Écrit par : Sarfati | 23/11/2006

Les commentaires sont fermés.