09/10/2008

Et si c'était la fin ?

Journée chez alicesizeok

17:07 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2008

Quelques minutes, quelques heures, quelques jours, quelques mois.. Le temps passe quoi !

De l'eau a coulé sous les ponts depuis le dernier instant partagé entre vous et moi.

Beaucoup de choses, de belles choses surtout...
Faisons bref : Ces études, je les ai reprises ! Me voilà donc en dernière, pour une année qui démarre sur les chapeaux de roue. Pas le temps de se poser ni de se reposer. Ce rythme haletant, incessant nous pousse, nous pousse toujours plus loin et plus vite.
Le tout est de pouvoir rester debout jusqu'à la fin, jusqu'en juin...

Je me suis promise de revenir ici plus souvent, mais de ne jamais m'y sentir obligée... Je laisserai donc faire mes humeurs et mes envies.
En attendant, je vous salue bien bas.



20:31 Écrit par Une histoire de go dans fraîcheur | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/08/2007

La véritable histoire de 2 canards en plastique

Je ne peux résister à l'idée de mettre cette petite vidéo en ligne.. :)




12:32 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

23/08/2007

Humeur en la mineur

Aujourd'hui, petite journée de relâche. Plus que 3 jours de tournage et puis s'en est fini du Beau Vélo. Même si ces journée à l'extérieur ont été plus qu'humide, ce fut de beaux moments..

Une page se tourne

Il ne me reste que quelques semaines avant que tout cela ne se termine et qu'une nouvelle étape commence.. Et oui, septembre approche, le retour sur les bancs aussi. Heureuse, évidemment, même si je reste peureuse à cette idée, c'est l'inconnu qui m'effraie. Je n'ai toujours pas trouvé de petit boulot sur le côté non plus.. Je ne suis pas difficile pourtant, mais je suis un peu confuse, ne sait pas par où commencer, comment m'y prendre.

Et puis, il y a ce petit pincement au coeur qui me tiraille. D'où vient-il ? Je ne sais pas. D'un peu partout sans doute, peut être un peu de mou avec Vlan, chacun fort préoccupé, on en oublie de s'aimer. Faut que ça passe.


17:12 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/08/2007

Luv' story

Cela faisait un petit temps que je désertais cette page.
Rien de grave, au contraire, beaucoup de travail, beaucoup de rires.. !
Oui, tout va bien, tout est flou mais après tout...
C'est l'été alors, on arrête de respirer, et on profite tant que c'est encore possible :)



Shera ad
envoyé par sabo-tage

14:18 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/04/2007

Vendredi 13, moi non plus

apc






























En finesse, par derrière mais aussi dans les yeux...
Le bonheur se boit à coup de grandes rasades.
Mmh, ça me manquait







©Chagall

13:41 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/04/2007

Suite qui s'enchaine..

Parler de soi de manière concrète, c'est bien compliqué, mais si c'est si gentiment demandé,on ne peut pas refuser..

métier
Surtout que ce serait dommage de ne pas aborder ce sujet.
Petite, je voulais être tous les métiers à la foi mais bon le mot docteur ressortait le plus souvent !

Ironie du sort, la petite les a toujours détesté les docteurs, elle les a toujours fuit derrière les canapés, créant le chaos dans la maison pour éviter la piqûre de tétanos, se cachant dans les placards, les buissons pour que jamais ils ne l'attrapent.

Eux et moi sommes un peu en guerre, c'est un peu la bête noire insurmontable.. Pas prête d'être surmontée d'ailleurs. Je ne comprends d'ailleurs pas comment j'ai failli passer du coté des méchants.

Et puis, ne nous égarons pas, il faut parler des métiers.. - la laideur du mot me frappe soudain.

Petite, à chaque jour ses idées, ses obsessions, un jour c'était docteur, un autre avocat mais encore danseuse étoile et inventrice. Finalement, j'ai fait des études banales, qui laisse des ouvertures - qu'ils disaient : la communication !.. Après 4 jobs variés et tous intéressant à leur manière, je me rends bien compte que c'est encore plus vide.. ou alors que ce ne ME va pas.
Donc, changement de cap et advienne que pourra mais j'en ai déjà suffisamment parlée ;) - à moi le plus beau métier du monde - qu'ils disent!


Puisqu'il faut passer ce petit jeux à 6 autres, je dis catvendredi, Bugs, Ewenn, Boudlard, Caro et Shyriel.

17:09 Écrit par Une histoire de go dans tendance | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

02/04/2007

Jour sans

Il y a des jours où on ferait mieux de rester dans sa grotte

Pourquoi n'ai je pas entendu ce coup de fil hier soir..
Ca m'apprendra à garder mes distances avec lui durant le week end.
Quand on tente de vous appeller vers 19h pour une urgence du lendemain répondre à minuit, c'est stupide hein ? Ben oui, si IL n'avait pas été dans mon sac, IL aurait sonné plus fort...

11:29 Écrit par Une histoire de go dans grisaille | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/03/2007

Houch !

Ma toute nouvelle liberté m'offre d'agréables moments.
Quand on sait qu'elle ne durera pas, il est encore plus crucial d'en profiter ! Cela fait donc une semaine que je suis occupée à rattraper tout le retard administratif accumulé, mettre un peu d'ordre dans la tête, dans les armoires, retrouver de vieilles connaissances.Un peu de temps pour soi n'a finalement jamais tué personne. Au contraire, c'est une sensation agréable que d'avoir le choix...
Pour ne rien noircir du tableau, cet après-midi, je commence les cours de batterie. Depuis le temps que ça me trottait dans la tête, Il n'y a pas de meilleurs moments.

Au rayon frais. en me baladant sur la toile à la recherche de je ne sais quoi, je suis tombée sur ces vidéos. Je ne sais pas si beaucoup de gens apprécient Zita - moi j'adore! C'est une petite perle du temps de Moondog Jr... (Avec une guest star à ne pas manquer). Voici une autre vidéo (la qualité est pas top, mais c'est pas bien grave) cliquez ici ! Vous m'en direz des nouvelles.
Bonne délectation !

12:49 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

26/03/2007

AIR...Air...air

J'ai 2 places pour le concert d'AIR à revendre.
Mercredi 28/03 à l'AB

Aux amateurs... un petit mail :)

breathe

12:08 Écrit par Une histoire de go dans tendance | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/03/2007

contour-nez moi

7:00 ce matin, la semaine démarre plus tôt que prévu. Le roquet est entré dans sa phase démoniaque. Pas grave, c’est l’avant-dernier début de semaine comme celui-ci...

Bé oui, après, c’est le grand vide, le grand saut.
Peur – Pas Peur – Peur – Pas Peur – Peur – Pas Peur

Parce qu’une chose qu’il faut savoir c’est que ces moments sont généralement couplés de doutes généralisés à tout niveau.Ben oui, 3 ans, finalement, c’est pas si court que ça. Saura-t-il être patient ? Il me dit que oui, ça dépendra de ma manière à moi de l’aborder. Pourquoi serait-ce différent de maintenant ? C’est vrai, au lieu de travailler, j’étudie c’est tout... Pas de quoi fouetter un chat finalement. Et puis, c’est pour un mieux :)

Bon à noter :
Tentative d’éradication du doute, présent de manière quotidienne chez gaYa depuis période déterminée.

Prochaine étape :
Prévoir une discussion avec le padre pour approbation... Houleuse sans aucun doute, à moi de le rassurer. D’ailleurs, Vous pouvez déposer ici votre courage, j’en aurai besoin.

Une chose est sûre, les traits du futur se dessine au crayon et je me réjouis de pouvoir passer sur les bords à l’encre noir.


cf5b19533355abce62c38900ab73349a

15:15 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

23/02/2007

back to black

Ciel mon mardi, je l’ai oublié dans la boite à gants. Celui là, je l’oublie, définitivement. Il ne sert à rien, il fait de trop et puis ça rend jaloux. La jalousie, si elle pouvait ne pas exister elle. Je crois que tout serait plus simple. Elle est compliquée à gérer en plus la garce.

IMG_2318

Aujourd’hui, c’est du haut de mon Mont que je vous parle, les choses tournent, une fois de plus. Et ça me rend heureuse ! A croire qu’il n’y a que dans le changement que je me plais. Enfin quand je parle changement, je ne parle pas de refaire un lifting complet de ma vie hein, juste d’une partie. En fait, l’autre face est plutôt épanouissante dans la longévité. Comme sur la lune, 2 faces, 2 piles. Ca en fait 4 mais ça compte pour un demi car c’est la lune, ici, c’est la terre.

Pourtant maintenant que les décisions sont prises. Il est dur de revenir en arrière et c’est souvent à ce moment, qu’une seconde petite voix refait surface pour semer le trouble dans toute la limpidité de votre raisonnement sagement construit.. Et sur lequel toutes vos décisions se sont appuyées.

Excitation et peur du vide.
Et si – ma phrase favorite, celle qui permet tout, qui ouvre toute les portes et laisse ouverte la possibilité que tout existe un jour.

On joue ? Et si.....

15:47 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

18/01/2007

Se dévoiler

Il y a des choses qui ne se disent pas, mais sur demande de Lena et de Boud’, je ne peux décemment refuser..

- Le soir, lorsqu’il est tard, le passage dans la salle de bains est souvent éprouvant pour les nerfs. Il m’arrive très régulièrement d’être aux prises avec une excitation soudaine et intérieure. Je ne me contrôle plus et je bondis dans tous les sens, acrobaties digne d’Uma Thurman dans Kill Bill (sauf que je ne porte pas du simili cuir jaune).

- Ne laissez jamais traîner votre bras dénudé à coté de moi, il se pourrait que je vous l’attrape et le morde, comme ça.. C’est plus fort que moi.

- Il paraît que la nuit tous les chats sont gris, d’abord je suis pas d’accord, mais le plus marrant, c’est que je parle et je réponds aux questions ?!

- les “guilis” sur les bras, sur le ventre et tout le long du corps, c'est tout un art. Lorsque l'on use de cet arme avec moi, je suis sans défense, mise à nu. C'est excitant *°*

- J’adore me perdre en voiture dans les petits chemins de campagne, parfois, j'aime à me dévier de ma trajectoire et passer dans les petits villages, admirer les Eglises et les paysages. Pressée moi.. heu, plus maintenant :)

Il faut donc communiquer le virus..Okay, beaucoup sont déjà passés sur le grill. Je sollicite donc Bridge, Ewenn , Shyriel , bio et Cat Vendredi .
nola

11:20 Écrit par Une histoire de go dans tendance | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

02/01/2007

2000ssette


Année à passer sous le son d’une trompette, de préférence à brouette.. N’oubliez surtout pas de planter des pâquerettes afin que vos jardins ne soient pas que verts !

Et pourquoi pas à l’occasion ressortir sa dînette?
Inviter quelques-uns de ces vieux Zzamis qu’on n’a presque pas encore oublié.

Et puis pourquoi pas oser? Moi cette année, je me permets tout!
Je ne resterai plus muette mais bien fluette et je sortirai de ma cachette pour mieux rayonner.

Alors, mes très chers, une année badigeonnée de fureur, d’audace, de légèreté, de magie et de bonheur… à la folie !

173510159_7f12b1215f_m

16:41 Écrit par Une histoire de go dans tendance | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

05/12/2006

 vivre ou survivre ?

Il aura fallut du temps pour que je me décide à coucher de nouveaux mots. Non pas que l’envie me manquait, loin de là…
Aujourd’hui, c’est en état de décomposition que je vous retrouve. La période fut intense, je ne peux pas le nier.

Alors, peut-être est ce tout simplement, la pression qui retombe. Les vannes s’ouvrent mais ne se referment plus. La nervosité a atteint son paroxysme à un point tel qu’un conducteur un peu trop lent me fera pleurer d’énervement.

Je ne les contrôle plus ses émotions, elles vivent en moi, tels des électrons libres, elle me dominent et je ne suis que leurs marionnettes.

Mais qu’est ce donc qui me met dans cet état là ¿

Un boulot, aux apparences passionnantes, aux allures passionnantes. Un envers plutot ingrat et désagréable.

L’environnement de travail est tel que je ne parviens plus à supporter cette hiérarchie dictatrice. A force de trop accepter on finit par le payer soi-même. Je crois que je ne peux en vouloir qu’à moi de n’avoir pas posé les limites plus tôt. Maintenant, c’est moi qui me remet en question, et qui me demande si je suis bien à la hauteur.
Je dois prendre le temps de voir plus loin, de me poser les questions.. d’agir pour moi. Rien n’est facile, encore moins cela.

Un des choix décisifs pour toi gaYa: le monde grisant de la 25ème image, (des horaires de fous, une vie privée entre parenthèses, une pression constante et opressante) ou ailleurs pour de meilleurs jours et un peu de considération ?

Voyons le positif, ce job m’aura sans doute apporté une chose positive, une délicieuse envie de social et d’humains..
Le téléphone et la journée derrière l’écran, ce n’est peut-être pas pour moi ¿ Reprendre des études pour devenir institutrice, un rêve ? L’occassion.. un signe ¡? A bientôt 25 ans? Est ce possible? Est-on aidé?…

chagal13the three candelsOn repart à zéro ?

15:28 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

11/10/2006

Après le grand huit

Parce qu'on ne peut s'empêcher d'en rire,
Parce qu'il n'y a rien d'autres à faire qu'en rire...

Un petit extrait !

Michel Daerden
Et un autre parce qu'IL le vaut bien ;)
Michel Daerden la suite

A très vite...

12:41 Écrit par Une histoire de go dans fraîcheur | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

28/09/2006

Ermitage

violon




Penses-tu à MOI


comme


je penses à TOI?




17:49 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

22/09/2006

Eau trouble

Ce matin, le soleil est au zénith, le vent souffle calmement, c’est ce que l’on appelle une belle journée. La douce mélodie d’une flûte traversière traverse nos bureaux emplissant la pièce d’une aura zen.. Le gros méchant boss n’est pas là. Il y a comme une odeur de vacances.Pourtant, en mon fort intérieur, quelque chose cloche. Je le sens, je le sais, et, après tout, mon corps et moi, on commence à se connaître tout doucement..

Il y a en moi, un chatouillement constant qui au fil des jours gagne en puissance.Au début, c’était une petite idée qui bien vite se transforma en une délicate envie. Ensuite, un désir, fort et puissant. Maintenant, c’est un besoin.

Je suis à la quête de ces délicieux instants de complicités, instants momentanément annihilés.

La difficulté dans l’état qui me pénètre, c’est ce vide. Atroce douleur qui m’envahit et qui m’emplit de tristesse. Une tristesse que je ne comprends qu’à moitié. C’est troublant, agaçant, perturbant. Je suis inutile, je ne peux rien faire dans cette histoire.

Toi, dont je tairais le nom, je sais que ce n’est pas facile, la pression, le surplus. Tout te rend négatif et sombre.Le besoin de t’envoler, de faire une trêve.
Malheureusement, j’ai les pieds cloués au sol, je ne peux répondre à cette envie en choeur avec toi - malgré moi, entendons-nous.
Je t’aime

14:21 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/09/2006

High pressure voltage

On m'avait dit que le milieu dans lequel j'évoluais était particulier.Jusque là, on ne m'avais pas menti.

Les semaines passent et ne se ressemblent pas.
Cette semaine a marqué le retour du stress et de la désagréablerie.
Je sature

Ce pourrait être le plus beau job de la terre, mais lorsqu'on a un gestionnaire incapable de relever ne fut ce qu'une seconde le positif, toujours prêt à critiquer, qui adore vous traiter comme une grosse mErde et qui n'en touche PLUS une.
Comment voulez-vous espérer un peu de plaisir ?

Aujourd'hui, je prendrais bien mes clics et mes clacs et me casser.

R.A.S L.E. B.O.L.

Et dire que ce métier fait rêver, et bien, je dis, continuer à rester sur le fil de l'imaginaire..

14:16 Écrit par Une histoire de go dans mood | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

07/09/2006

tEmps dAnse

Ce matin, la solitude au boulot me fait un bien fou.
Cela faisait longtemps que je ne m’étais plus retrouvée sans aucune âme autour de moi, si ce n’est Mr Boucle juste au-dessus mais qui semble lui aussi apprécier l’isolement.

Surchargée, débordée, je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à mon blog, pourtant l’envie y est.. Le temps, une fois de plus se fait rare. Je crois que je vais lui déclarer la guerre un de ces jours à celui-là.














Hier, j’ai passé un des plus beaux moments de ces derniers temps.Cela faisait longtemps que je n’avais plus foulé le parquet d’une salle de danse...

Trop longtemps sans doute
Mais cette fois, ça y est
Quel plaisir de retrouver ces sensations d’autrefois,
de se revoir faire vibrer son corps.
De se mouver, tout en rythme et en style...
Aaaah, comme c’est bon.

Je revis.

10:32 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

30/08/2006

Day's mood

° S ° I ° C ° K °

09:57 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Procès Verbal

Ce matin, un sourire inversé s’est figé sur mon visage.
J’espère juste que ce n’est qu’une passade.
Je suis enfin un peu calmée par les évènements de ces derniers jours,c’est comme-ci la pression retombait...

Pour ne pas vous laisser sur votre faim, je vais quand même expliquer ce qui peut être pire qu’un vélo volé, mais je le ferai bref, car, rien que d’y penser mon tempérament sicilien remonte à la surface.

Un matin de cette belle et magnifique semaine d’été passée, je me rends vers ma voiture.. Oh surprise ! Quelqu’un avait joué au petit curieux. Bordel monstre dans ma voiture,
“oh ben dis donc, juste pour une oreillette.. ??”
Devait être passionné de GSM le mec !
Pas grave, il n’y a qu’un peu de rangement à faire, je le prends de manière philosophe.. “A la belle Liège, cité de mon coeur,...” chantai-je à tue-tête.

Le lendemain, même style de matin, hop, je me rends à ma voiture..
Oh non, le coeur se met à battre la chamade, c’est à mes plaques qu’ils s’en sont pris cette fois.. Grr
“Et c’est vous qui allez devoir subir la paperasse administrative qui va avec ?”
Juste en rage et dépitée...

09:39 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poisse |  Facebook |

24/08/2006

Et l'histoire continue

Non, ce n'est pas une blague.
Après le vélo, il y a pire...

Je ravale ma rage et je vous raconte tout cela dès que le calme est revenu !

18:04 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : poisse |  Facebook |

16/08/2006

Roulera bien qui roulera le dernier

Chez moi, rare sont les demi-mesures.
S’il faut être de bonne humeur,
c’est entièrement ou pas du tout,
pareil pour le reste.

Hier, loin de penser qu’un lendemain de veille serait une journée agréable, je ne m’imaginais tout de même pas être digne d’autant de poisse, de malchance, de maladroitesse et de rage.

Pour faire simple :
Je pense avoir vécu la plus merdique des journées de merde

Tout a commencé à 13h30, je décide de mettre mon pied à terre...
Demi journée partie sans même la voir passer
Pas grave, le repos, c’est sacré :)

Histoire de réussir à ouvrir les yeux, petite balade à bicyclette dans les rues bondées d’Outremeuse...Demi-tour en 2 temps 3 mouvements.. La foule et autres odeurs de bières et péket de grand matin (tout est relatif hein), pas pour moi

L’estomac de Vlan se met à crier. Inspiré comme un mâle, le Quick lui sembla être la meilleure idée. Il n’eut pas de mal à me convaincre, leur nouveaux roll sont pas mal quand – comme moi – la viande d’hamburger ça passe pas.

Direction place cathédrale, pour un petit quick en terrasse, je dirais même plus : au “soleil”...

Et c’est , à ce moment précis, que ma journée prend une tournure peu marrante, voire même navrante.
Juste devant nous, un de ces anneaux où l’on attache les vélos :
Hop , clic , attaché, bmx de vlan et vélo scellé




On sort du quick avec nos plateaux, s’installent tranquille, 15 mètres, voir 10, nous séparent de nos vélos. Vous avez bien lu hein....

10mètres !

10 minutes et 3 bouchées de ce roll (pas frais) plus tard, je tourne mon regard à gauche.
Et là... Un instant je me demande :
mirage, rêve ou carrément trop réel ?

Gimini criquet : “Hélas ma fille, tu ne vis pas dans un rêve, encore moins dans le désert...On t’as bien piqué ton vélo sous ton nez !!!!!!!!"

A Liège, c’est d’usage de se balader avec sa pince hein !
C’est encore plus d’usage, de piquer les vélos en moins de 5 minutes !

Rage, colère, rage, colère, rage, colère

Non mais franchement !?
Je vous passerai les quelques minutes qui suivirent cette scène par pudeur

Skip – Fin d’après-midi
Aïeuuuuuuuh , ça c’est le gros crâne de gaYa qui s’est encore cogné à cette putain de porte de nain...Migraine assurée – chuuut

Mais ce n’est pas tout ! J’ai oublié de faire le point sur cette forme physique qui va de pair avec la journée merdicus du mardi. Pour ça, petit flash-back :

Rewind – mon. 14/08
Histoire de se motiver un peu entre amis, petite virée au Sart Tilman pour petit jogging dans les bois suivi de retrouvailles sur la piste. D’un coté les mâles qui choisissent d’affronter un chemin qui descend et qui monte (rien d’autres), de l'autre, moi qui choisit le chemin qui ne fait pas que descendre et monter.. Jusque là tout va bien. En plus, assez contente car j'ai pu courir sans problèmes et c’est si rare !

Retrouvailles sur la piste donc, Vlan adepte, que dis-je accro des sauts en tout genre tente de m’initier à la longueur...
Moi j’me dis : Cool un bac à sable !!

Imaginez Carolina klüft à Goteborg mais retirer la blondeur, 3 mètres et 3 têtes aussi,
c’est MOI :)
Mais Carolina, elle sait sûrement que s’étirer après ces petits jeux de bac à sable c’est essentiel, gaYa elle, avait pas trop envie.. TANT PIS! Car la fille qui arrive plus à plier les jambes sans de multiples contorsions, qui arrive plus à déniveler sous peine de douleurs atroces dans les cuisses,
c’est encore MOI...

Sur ce je dis : Vive le sport, vive la vie, et vive les pinces à couper
Et paraît-il que ce soir on remet ça !


©Tony Soulie

14:45 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

11/08/2006

Art catastrophé

Ca y est, le temps s’est obscurci tout à coup,
Les arbres se sont mis à tanguer..
Voici la pluie, Le bruit de l’orage aussi
Seule au bureau, incroyablement seule cet après-midi,
Mais que se passe-t-il ?
Pourquoi ne suis je pas chez moi ?
Quand il tonne, c’est là-bas et nulle part ailleurs

Ouhhh.. Les lampes deviennent capricieuses aussi,
Pitié, pitié PAS de panne de courant ici
Dans cette grande maison-bureau..Pitié pas quand je suis SEULE !
Encore heureux que mon flair matinal m’indiquait la voiture plutôt que le vélo.. Le vélo sous la pluie sans parapluie, c’est pas marrant !

Je recommence à frissonner de froid, je ne comprends plus rien.

Ma foi, vu que la motivation manque, que le travail manque
(Question de point de vue - je sais, suis de mauvais foi aujourd'hui)
Pas de remords à feuilleter mon petit hebdo préféré !
Et quelle surprise d’y trouver le calendrier de désastrologie
Non, non ce n’est pas une mauvaise blague...
Un clin d’oeil au prochain GONDRY ?
Chaque mois correspond à une catastrophe.. Un gros crash, un tremblement de terre, une éruption volcanique, un tsunami..
Dessin de Baptiste Ibar!
Et chaque dessin, est relié à un fait. Vous pouvez les retrouver sur son site, rubrique “disaster paintings”
Je sais qu'on est des moineaux égoïstes Baptiste
Mais t'inquiètes..
On oublie pas que la terre est maître de sa terre et que nous petits humains ne faisont même pas le poids face aux forces de la nature..
Ben oui, so what ?
















Outdoor work

























©Baptiste IBAR

15:45 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

10/08/2006

Watch my bacK

Des jours et des semaines ont passés
Le temps s’est mis à me manquer
Un été qui s’écoule au rythme effréné de la tempête

Le soleil fait son boudeur, moi j’aime bien les boudeurs mais pas les rancuniers
Arrête de râler d’accord ?

Mon chat a perdu au moins 100kg
Le régime croquette, ça pète !
Et pour les filles, ça marche aussi ?

Mon appartement a beau être le plus mignon des appartements,
J’ai déjà envie de changer..
Une baignoire, un jardin..ou même une petite terrasse !
C’est triste comme ça manque

C’est officiel, Vlan et moi, on est encore plus amoureux
L’été ça a quand même du bon, non ?

Entre temps, j’ai visité la France, la Hollande, l’Espagne, presque fait du Kayak, et réussi une figure de flat!

Je suis à la leçon 2 de mon manuel d’Italien et j’ai décidé de reprendre des cours de danse à la rentrée !


Le violoncelle ne restera qu’un fantasme irréalisable. Le temps, le temps, grrr, je le hais, ce faux-jeton. Pourtant, c'est pas l'envie qui manque..juste la peur d'abandonner trop facilement.

Ce week end, dAAN en perspective et pékèt à flot en république Outremeusienne !
Reste à négocier le petit pont du 14, passera ? Passera pas ?




©guillaumit.free.fr

10:41 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

03/07/2006

Et après, le néant

Ouvrir les yeux pour les entendre se battre,
Ce fut dur, ils étaient vifs, déterminés, concernés,
ils ont fini en pleurs
J’ai pu me rendormir

Les chats de gouttière de mon quartier





Ma mine est fatiguée
cernée, doublement cernée

Flash back – Belfort :
Ce week end fut différent des autres à bien des égards. Me voilà plongée au milieu des forêts et des montagnes, pour ce qui allait être un festival. Le cadre est magique, une presqu’île nous accueille pour l’occasion.. Le soir, les jeux de lumières renforcent la sensation d’avoir pénétré un univers onirique. On retrouve ça et là des zones de répis à la foule. Le long du lac, à travers une petite clairière, des cahutes en bois, des lumières bleues et roses jaillissent des bosquets, de légers fumigènes viennent se marier à ces éclairages pour renforcer cet agréable cocon.. La musique résonne agréablement en fond, assez distinctement tout de même pour la vivre. Voici l’univers magique dans lequel je me suis plongée ces derniers jours.













Back to thiS world :
Changement total d’ambiance. C’est de mon bureau que je vous écrit. Je ne sais par quelle chance, je me retrouve seule ce matin. Ca a de quoi faciliter le réveil.. Mais je ne me réveille pas. Je voudrais rester seule et errer aujourd’hui encore. Me remettre un peu de ce ramdam week end. Me retrouver simplement.Toute bonne chose à une fin, la quiétude va bientôt se rompre. Je le sens, je le sais.

Il est parfois difficile de faire la différence
Vlan m’a dit de belles choses hier soir, les plus belles qu’on ne m’aient dites auparavant. Je ressentais les mêmes mots, je les vivais aussi avec cette intensité qui a la capacité de te faire bouger des montagnes. J’ai flotté toute la nuit, le sourire aux lèvres. J’avais fait la révolution dans ma tête. Ce matin, je ne pus m’empêcher d’être déçue lorsque bougon et agacé, le petit Vlan avait perdu toute cette tendresse que j’avais pu lire en lui la veille. Je sais, le travail, ça casse tout, les casse-couilles du matin qui t'empêchent d'émerger en douceur, c'est pire encore. Je ne devrais même pas être surprise, je ne devrais sans doute pas y prêter attention.

Ce lundi, je serais bien restée dans mon lit, J'aurais préféré attaquer le retour à la réalité plus en transition.. Mais les obligations 'professionnelles' sont belle et bien là
C’est donc sur cette sombre note que je reviens sur terre.

Je ne suis plus en vacances.
Tout cela n’était qu’illusion

12:32 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

29/06/2006

Grain de sable et crustacés ?

Voici encore une petite semaine qui se laisse vivre,
Demain, c’est le départ ! Avec T, mon ami de toujours, nous roulerons jusqu’à Belfort pour un week end tout ce qu’il y a de plus musical! Les Eurockéennes.... Je me réjouis !

Imprévu qui arrive à point, car l’envie de s’aérer devient pressante, Un peu de soleil, de dépaysement, oublier pour un temps les emmerdes, retrouver Vlan et s’y sentir bien
Que demander de plus ?

Hier, j’ai vu de mes yeux vus, l’appartement, le plus beau, le plus TOUT de toute ma vie !.. Je pense même en avoir rêvé. Imaginez 200m carrés, d’immenses pièces, une logia, une verrière avec de colorés vitraux pour égayer la cuisine magnifique, une terrasse qui te propulse dans le sud de l’Italie en un rien de temps, une sdb entièrement refaite avec couloir de douche, dressing...

Et bien, non, ce n’est pas moi qui y emménage, c’est 2 amis, un couple,.. D'ailleurs, hier soir, je me suis transformée en super D (comme démménageuse!). J'ai jamais autant trimé.. pas grave car ce soir, c'est CHILI CON CARNE en récompense, si c'est pas merveilleux ! En plus, dans ce palais des merveilles, il y a place pour une famiglia.. A. & N., vous savez ce qu’ils vous restent à faire je présume. :) Et pour rester au coeur de l’actualité, ce petit bijoux, donne sur notre chère esplanade St Léonard – le rendez-vous des fous ! (Et oui, encore elle).

Bon, j’vais me remettre un peu au boulot car pendant que je blogge poliment, ma collègue pique un p'tit somme dans le coin héhé
Rrrh, don't know why... je ronronne de plaisir

15:05 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

28/06/2006

Déchirure

Il est venu le temps ou je dépasserai les limites, ou je franchirai le stade du non-retour.

A force d’insouciance, à force “d’on verra demain”, cela risque d’être trop tard.
Je le sais, et pourtant rien n’y fait.
Je n’arrive pas à faire ce foutu premier pas.
Je bloque

Il a toujours été très rude de dialoguer avec mes parents
Je ne sais pas pourquoi, je pense que c’est inné
La communication est inexistante, les non-dits, les déceptions sont, par contre, bien présentes.
A mon grand damne.
Cela fait un moment que je traîne cela avec moi, telle une chaîne accrochée à mon pied.

Il y a un peu plus de 2 ans maintenant depuis mon départ du cocon familial, je n’y vivais déjà plus hormis quelques week-end c’est vrai, mais j’avais toujours cette proximité familiale qui me liait à eux.
J’ai bougé des Ardennes, je me suis installée à la ville, le temps passe et l’on se voit moins, eux souvent trop fatigués pour venir, et moi souvent trop occupée pour y aller.
Jusqu’à présent, on s’était toujours débrouillé et régulièrement, je traçais ma route jusqu’à eux, heureuse de les voir comme à chaque fois.Souvent, en retournant chez moi, un brin de déception m’envahissait, et je passais au dessus, ne gardant en tête que les instants positifs à toute cette mascarade.
Depuis quelques semaines, depuis ces quelques dimanches passés à te voir prononcer d’abjectes mots, le négatif a pris le pas sur le positif. Rasant tout sur son passage.

Je reste muette, et je n’arrive pas à répondre à tes appels.
Mon unique tentative s’étant soldée par une conversation munie de blancs, de blancs et de “ça va ? Oui moi ça va, et toi ça va ? Ca va..”, je suis à cours d’arguments à cours d’idée, malgré tout, je vous aime.

14:09 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

22/06/2006

Quand le foot prend le dessus

Le foot, j’ai toujours un peu craché dessus... En tant que fille, jusqu’ici, rien d’anormal! Pourtant, on aurait pu parier le contraire, petite déjà, j’étais bercée au bourdonnement masculin de Match 1.
Mon petit frère allait jusqu'à me garder les doubles de ses autocollants panini... A l’époque, les suédois menait largement en tête de mes préférences ! Ces petites têtes blondes et innocentes, n'étaient-elles pas mignonnes?
Je pouvais même citer les noms des joueurs de la plupart des équipes que je supportais!!

Les années passèrent et suite logique,
la fillette que j’étais s’est intéressée aux ‘trucs’ de filles, ou du moins, a arrêté de se préoccuper du foot. Je pourrais même avouer avoir renié ce sport tel un vieux doudou qui vous rappelle un peu trop votre enfance...

Et ce n'était pas fini! Plus tard...durant mes 4 années passées à la capitale, non loin du boulevard Anspach, je n’ai pas pu échapper à l’Euro 2000 et à la coupe du monde. J’ai eu droit à une salade de supporters qui beuglait devant la bourse et ailleurs, à la recherche d’un plaisir, mais lequel?

Mettre la ville sans dessus dessous ?
Sans doute.

Partager leurs joies?
Peut-être.

Je leur en voulait de m’empêcher de dormir...
Et la semaine dernière? Pareil, c'est symptomatique je crois!
J’aurais bien étranglé tous les supporters en particulier les italos-liégeois nooooombreux et très lentement lassés..
Une demi heure, allez, ça passe.. Après tout, le bonheur,ça se partage ! Mais jusque 2 heures du mat’, grRrrrr

Pourtant ! Et oui, pourtant ! Je me surprends à me réjouir de voir le Brésil jouer ce soir!!!

Béé oui......
Ca doit être le sourire de Ronaldinho ;)

16:12 Écrit par Une histoire de go | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |